Regard sur le prix des maisons au Canada: troisième trimestre 2016

social-media-hps-q3-2016-frSelon l’Étude sur le prix des maisons* de Royal LePage, le prix des propriétés au Canada a augmenté de 12,0 pour cent par rapport à l’année dernière pour atteindre 545 414 $ au troisième trimestre de 2016. Le prix d’une maison à deux étages a augmenté de 13,7 pour cent par rapport à l’année dernière pour se fixer à 649 635 $ et le prix d’une maison de plain-pied a connu une hausse de 11,0 pour cent pour se chiffrer à 459 481 $. Au cours de la même période, le prix d’un appartement en copropriété augmentait de 5,8 pour cent pour atteindre 360 679 $.

« À l’échelle nationale, les marchés immobiliers demeurent sains, la valeur des maisons affichant des hausses de prix allant de modestes à fortes (quoique raisonnables) dans presque chacune des villes canadiennes », indique Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage. « Même dans les régions les plus touchées par le secteur pétrolier, les prix se sont maintenus, malgré quelques petites baisses à un chiffre, année après année. »

Le 3 octobre dernier, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a annoncé de nouvelles mesures conçues spécialement pour ralentir les activités du marché de l’immobilier canadien et réduire les achats étrangers. Ces mesures visent à stabiliser les règles d’assurance hypothécaire en normalisant l’admissibilité à des hypothèques assurées à haut et à faible taux, en élargissant les tests de résistance et en améliorant l’équité des taxes en retirant aux non-résidents le droit de se prévaloir d’exemptions pour gains en capital, qui ne sont applicables que pour les propriétés servant de résidence principale.

« La confiance des consommateurs a été touchée directement lorsque le gouvernement fédéral a instauré les nouvelles règles plus restrictives au début du mois d’octobre », prévient M. Soper. « Bien qu’il soit encore trop tôt pour se prononcer de manière définitive, il semble que les propriétaires canadiens s’ajustent rapidement, et que les craintes d’une correction brutale seraient injustifiées. Bien que les nouveaux amendements soient importants, la majorité des grands prêteurs utilisent déjà des critères semblables lors de la souscription à une hypothèque, plus particulièrement dans des régions sensibles comme l’Alberta et la Colombie-Britannique, alors le poids supplémentaire sur le marché découlant de la nouvelle réglementation ne sera pas aussi grand qu’il le paraît au premier abord. »

Pour voir le tableau comprenant les données de l’ensemble des régions et marchés, visitez royallepage.ca/prixdesmaisons.

Pour plus d’information, lisez le communiqué de presse national.

*Données fournies par les Services de propriétés résidentielles Brookfield

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s